Vous voulez devenir réalisateur ? D’accord ! Mais désirez-vous devenir un bon réalisateur ?

Dans ce cas, évitez de vous cantonner à ce que vous avez peut-être appris sur les bancs de l’école, et suivez les 4 conseils pratiques suivants :

1er conseil pour devenir un bon réalisateur : regardez des films, mais faites-le de la bonne manière

Vous voulez devenir un bon réalisateur (réal) ? Ca peut paraitre bête, mais le 1er conseil à suivre, c’est de regarder des films de la bonne manière.

C’est à dire d’un œil actif  et non passif. Essayer d’être attentif à tous les nombreux partis pris du réalisateurs. Comment fait il pour passer les émotions par  ses partis pris esthétique ?

Observez attentivement :

  • comment les histoires sont visuellement racontées ;
  • les positions et les mouvements de la caméra pour obtenir tel ou tel effet ;
  • les valeurs de plan ;
  • les décors etc ;
  • La lumière
  • Etc.

Faites également attention au son. Vous pourriez être surpris(e) du nombre d’informations (les bruits de pas, musique d’ambiance, etc) que vous apportera la bande sonore en plus du dialogue ; informations qui vous permettront d’entrer davantage dans l’esprit du réal et de mieux comprendre le scénario, le film.

L’idée ici c’est de décomposer le film et d’en saisir les nombreux petits éléments. Vous deviendrez alors un maître dans l’art de déconstruire et de reconstruire à votre guise des films.

Vous aurez plus de faciliter à comprendre la grammaire cinématographique et à l’utiliser pour vos propres projets

Etudiez en plus de la forme esthétique, les scénarios de films captivants. Entraînez-vous à la tâche. Devenez un maître du storytelling.  Vous décuplerez vos chances de devenir un bon réalisateur.

Passons au 2ème conseil.

 

 2ème conseil pour devenir un bon réalisateur : formez-vous à la technique

scorceseLe 2ème conseil à suivre si vous voulez devenir un bon réalisateur, c’est de vous former à la technique. Pourquoi ?

Entre autres activités, le réal, en collaboration avec l’équipe technique, prendra en charge des choix tels que ceux liés à la caméra, ceux liés à l’ambiance lumineuse, ceux liés à la bande son et au montage.

Pour que ces choix soient efficaces, pertinents, et concourent à la fabrication d’un film qui colle au scénario et le fait vivre, il faut que le réal intègre, dans ses décisions, les contraintes liées aux aspects techniques.

Mais comment peut-il y parvenir s’il n’a aucune pratique de l’image, de la caméra, de la lumière, du son, de la post-production ?!

C’est vrai, en tant que réal, il vous faut maîtriser l’écriture du scénario ainsi que le découpage technique. Mais il vous faut aller beaucoup plus loin. Vous devez savoir maîtriser l’environnement sonore, avoir une bonne notion pratique des techniques d’éclairage en cinéma, comprendre comment stabiliser l’image, savoir quand vous servir de la caméra objective, etc.

Un bon réal, à quelques rares exceptions près, ce doit de connaître et comprendre la technique même si il sera moins que les technicien qui l’entoure…

Être bleu dans ce domaine reviendrait à avoir un chef d’entreprise qui ne maîtrise que les aspects marketing de son business et ne comprend rien aux aspects techniques tels que la production, la comptabilité, et la gestion des stocks. Tôt ou tard, de telles lacunes l’amèneront à prendre des mauvaises décisions ; ce qui aura un impact sur le résultat global, donc, dans notre cas, sur le film obtenu !

Découvrons à présent le 3ème conseil.

3ème conseil pour devenir un bon réalisateur : devenez un bon manager

paul-thomas-anderson

Vous voulez devenir un bon réalisateur ?  Dans ce cas, il vous faut devenir un bon manager.

Vous voyez, le réal, c’est le chef d’orchestre, celui qui interagit avec beaucoup de monde. Si vous désirez en avoir une vue assez complète, lisez Le métier de réalisateur de film.

Un bon réal se dit d’expliquer clairement ce qu’il veut et donc interagir avec le décorateur, diriger les acteurs, positionner le cadreur, lui donner des consignes, superviser le montage du film, le sound disgn etc .

Par conséquent, s’il n’est pas bon en management, il fera des erreurs ; et elles auront un impact désastreux sur le film. Surtout que la plupart des personnes qui liront les articles font des films en auto production et personnes n’est payé. Il faut donc d’autant plus de compétences managérial pour gérer des personnes bénévoles

Tenez par exemple la direction des acteurs. Il s’agit d’une tâche si délicate, si sensible que mal exécutée, elle peut amener les acteurs à rater leur jeu ; et dans le processus d’accomplissement d’une telle tâche, il arrivera que le réal ait à gérer des tensions entre deux acteurs ou entre un acteur et lui-même (et ca arrive même souvent).

Si vous désirez en savoir plus sur la façon de gérer les acteurs, lisez Réussir sa direction d’acteurs. Vous y trouverez 12 clés qui vous aideront à maîtriser cette compétence cruciale pour devenir un bon réalisateur.

Et, à toutes fins utiles, je vous recommande d’étudier et de pratiquer des classiques de leadership et de gestion des hommes tels que ²Comment se faire des amis² et ² ²Comment trouver le leader en vous², tous deux de Dale Carnegie, le père des relations humaines.

Passons maintenant au 4ème conseil.

 

4ème conseil pour devenir un bon réalisateur : passez à l’action

james-cameron

Si vous voulez devenir un bon réalisateur, passez à l’action. C’est le 4ème et dernier conseil de cette liste.

Le groupe de mots « Passez à l’action » revêt 2 sens ici :

  • le 1er : suivez les 3 conseils décrits ci-dessus ;
  • le 2ème : si vous lisez les biographies des plus grands (Steven Spielberg, James Cameron, etc.), vous vous rendrez compte qu’ils viennent de divers horizons et n’ont pas eu le même parcours, mais qu’ils ont une chose en commun : ils n’ont pas procrastiné sur leurs rêves de devenir réalisateur.

 Ils se sont levés, ont réalisé des courts-métrages (certains des très mauvais au début), sont allés proposer leurs services sur des plateaux de tournage, ont démarré en tant qu’assistant, se sont faits remarquer, etc.

Comme l’a si bien dit James Cameron : « Procurez-vous un appareil photo. Puis, shootez quelque chose. Peu importe que cela soit petit ou ringard, peu importe que vos amis ou votre sœur y aient joué les rôles des acteurs. Mettez-y votre nom en tant que réalisateur. Vous voici réalisateur. Tout ce qu’il vous restera à faire, ce sera de négocier votre budget et vos cachets ».

Bien sûr, les choses ne sont pas aussi simples ; et ce que James Cameron a voulu dire par là, c’est qu’il vous faut passer à l’action si vous voulez devenir un jour un bon réalisateur.

Voilà, avez-vous une expérience à partager avec nous sur la façon de devenir un bon réalisateur ? Si oui, merci de le faire dans les commentaires ci-dessous !

Le partage c'est la vie ! 😉

Pin It on Pinterest

Shares