L’échelle des plans au cinéma, qu’est-ce que c’est ? À quoi ça sert ? Quels sont les différents plans d’une échelle des plans ? À quoi sert chacun d’entre eux ?

Autant de questions auxquelles vous trouverez ci-dessous des réponses !

L’échelle des plans, qu’est-ce que c’est ?

Avant de parler de l’échelle des plans, commençons par définir ce qu’est un plan.

Un plan, c’est une prise de vue cinématographique comprise entre la mise en marche et l’arrêt de la caméra. Pour faire simple, c’est le jeu de scène filmé entre les mots « Action ! » et « Coupez ! ».
Vous voyez, une séquence n’est qu’un ensemble de plans situés dans le même temps et dans le même lieu et assemblés au montage. Mais une séquence peut également ne comporter qu’un seul plan long. Dans ce cas, on parle de plan-séquence.
Un plan peut ne durer que quelques secondes ou au contraire plusieurs dizaines de secondes. Mais il permet au réalisateur de mettre en avant les informations esthétiques, visuelles, symboliques et/ou psychologiques qu’il aimerait communiquer au téléspectateur.
En choisissant tel plan plutôt que tel autre, un réalisateur pourra jouer sur l’imagination de son téléspectateur, susciter en lui de la peur, de l’admiration, de la colère, de la réflexion, etc.
Maintenant, parlons de l’échelle des plans. Elle permet au réalisateur de déterminer quelle grandeur, quelle proportion donner aux sujets, aux personnages, aux objets et aux éléments du décor, et ce par rapport au cadre ; ce qui lui permet de mettre en avant les informations qu’il aimerait communiquer au téléspectateur.

Échelle des plans : les différents plans au cinéma

Au cinéma, l’échelle des plans comporte 7 plans :

Échelle des plans : le plan général

Narcos Saison 1 épisode 1

La vocation du plan général est de montrer la totalité d’un décor, de décrire un lieu, un pays, une ville, etc, de façon à permettre au téléspectateur de situer le contexte de l’action, l’ambiance et l’atmosphère du film.
Certes, on peut y montrer certains personnages. Mais ils seront si petits, si « noyés » que l’attention du téléspectateur restera focalisée sur l’environnement dans lequel l’intrigue a lieu.

Le plan général est utilisé dans plusieurs cas : le début du film ou le début de nouvelles séquences, la fin d’une séquence, etc.

L’angle de vue le plus fréquemment utilisé est ordinaire ou en plongée.

Échelle des plans : le plan d’ensemble

Man seeking woman- Saison 2 épisode 2

Comme le plan général, le plan d’ensemble est un plan large qui permet de décrire le décor, l’atmosphère, le lieu, le moment de la journée, etc. Mais il ne s’arrête pas là : il permet également de commencer à montrer l’action. Grâce à ce plan, on en sait déjà plus sur les personnages : qui ils sont, ce qu’ils font, là où ils vont, etc.

En fait, la première différence fondamentale entre le plan général et le plan d’ensemble, c’est que le dernier se focalise davantage sur un lieu (une rue par exemple) plutôt que de montrer le décor dans son ensemble.

La deuxième différence fondamentale ? Le plan d’ensemble rend déjà les personnages plus visibles afin de comprendre leurs actions.

Le plan d’ensemble est fréquemment utilisé dans les cas suivants : début de séquence, fin de séquence. Mais l’on s’en sert également pour montrer des scènes d’action limitées à certains personnages du film.

Passons maintenant à un autre plan de l’échelle des plans.

 

Échelle des plans : le plan moyen ou plan pied

Série Marco Polo

Série Marco Polo

Le plan moyen ou plan pied permet surtout de montrer un ou plusieurs personnages de la tête aux pieds ; ce qui va permettre de rendre secondaires les informations fournies par le décor, et de focaliser l’attention du téléspectateur sur lesdits personnages ainsi que sur leurs actions.

Le plan moyen est utilisé dans de très nombreuses scènes : l’introduction d’un nouveau personnage,  montrer une action d’un des protagonistes, etc.

Généralement le plan moyen, positionne l’horizon au niveau des yeux du sujet filmé.

Échelle des plans : le plan américain

Man seeking woman Saison 2 épisode 4

Sur l’échelle des plans, le plan américain sert à cadrer les personnages à hauteur des cuisses ; et ici, le réalisateur peut ne pas combler l’espace avec un objet ou un décor.

Grâce au plan américain, le réalisateur met clairement en avant les actions des personnages sans compter que l’on peut y cadrer deux personnages côte à côte.

Par conséquent, le plan américain est très utilisé dans les dialogues, mais également pour les scènes où il est nécessaire de rendre les actions des personnages beaucoup plus visibles.

Échelle des plans : le plan rapproché

Man seeking woman Saison 2 épisode 3

En matière d’échelle des plans, précisons qu’il existe deux sortes de plans rapprochés : le plan rapproché poitrine et le plan rapproché taille.

Le plan rapproché taille permet de cadrer les sujets filmés au niveau de la ceinture. Avec le plan rapproché taille, on montre certains éléments du décor en arrière-plan, ceci afin de situer le contexte de déroulement de l’action. Mais le plan rapproché taille permet surtout de mettre l’accent sur le personnage, ce qu’il dit, ou ce qu’il fait, mais sans oublier son corps.

Quant au plan rapproché poitrine, il permet de cadrer les sujets filmés en dessous des aisselles. Si le plan rapproché taille met l’accent sur la partie haute du corps, le plan rapproché poitrine se concentre sur le visage ; ce qui permet au téléspectateur de se rendre compte de la psychologie, des émotions, et des intentions du sujet filmé.

Comme vous l’aurez compris, ces deux plans rapprochés permettent de mettre en avant ce que fait, dit et ressent le personnage.

Échelle des plans : le gros plan

Man seeking woman saison 2 épisode 4

Man seeking woman saison 2 épisode 4

Quand on parle d’échelle des plans, on ne peut ignorer le gros plan. Le gros plan permet de se focaliser sur le visage du sujet filmé en coupant ce dernier au niveau ou juste au-dessus des épaules

Le gros plan est donc par excellence celui des émotions car il permet de dévoiler aux téléspectateurs  les sentiments les plus profonds et les pensées les plus intimes du sujet filmé ; ce qui permet à ces derniers de s’identifier au sujet filmé ou au contraire de le rejeter.

Lorsque le gros plan porte sur un objet, on parle de plan serré.

Comme vous l’avez sûrement deviné, le gros plan est très utilisé lors des scènes de dialogues pour communiquer aux téléspectateurs les émotions, sentiments, et pensées des personnages.

Échelle des plans : le très gros plan

Psychose

Psychose d’Alfred Hitchcock

Au niveau de l’échelle des plans, le très gros plan est utilisé pour montrer un détail précis d’un personnage ou d’un objet.

S’il s’agit d’un personnage, on peut se servir du très gros plan pour montrer son œil, son bras, une cicatrice, une blessure, un tatouage, etc.

Si c’est un objet qui va faire l’objet du très gros plan, en montage cela est appelé un insert :  l’on pourra ainsi montrer le cadran d’une horloge, l’aspect scintillant et tranchant d’un sabre, etc.

Comme vous l’avez compris, le très gros plan permet de :

Focaliser l’attention sur un détail important de l’intrigue,
Identifier un personnage,
Voir ce que l’œil ne peut pas voir à échelle réelle.

Le très gros plan est fréquemment utilisé au cinéma : pour introduire une séquence, pour créer une interrogation : « Où sont-ils ? », « Qui c’est ? », pour des raccords de transition entre deux plans, etc.

Voilà, avez-vous des questions, des préoccupations sur l’échelle des plans ? Veuillez les partager avec nous dans les commentaires ci-dessous !

Le partage c'est la vie ! 😉

Pin It on Pinterest

Shares