Ça y est, c’est le moment pour vous de choisir qui vous voulez être dans 10 ans et comment y accéder. A priori, si vous êtes sur ce blog, c’est que le cinéma est votre choix ou alors qu’il en fait partie.

Cet article vous aidera, je l’espère, à vous conforter dans votre décision ou alors à trancher pour votre choix de carrière. Dans un premier temps, je vais vous parler du contexte du milieu professionnel du cinéma.

 

Le contexte professionnel du cinéma en france

Ces informations proviennent soit de mes diverses lectures soit de discussions avec des jeunes ou moins jeunes professionnels que j’ai eu l’occasion de rencontrer.

Je suppose que vous le savez déjà, mais les métiers du cinéma sont très précaires et l’arrivée ainsi que le nombre grandissant de demandeurs d’emploi ne facilitent pas l’insertion. Bien que la production française augmente, il faut savoir qu’elle est proportionnellement inférieure à l’arrivée de tous ces nouveaux jeunes que viennent chaque année rêvant d’intégrer la profession.

De plus, même si les productions augmentent, il est à noter qu’un tiers d’entre elles sont tournées partiellement ou entièrement à l’étranger, parfois pour des raisons artistiques, mais généralement pour des questions de budget.

Il faut savoir aussi que lorsque l’on travaille dans le cinéma et pour le cinéma, on est très rarement salarié, mais souvent intermittent, un statut de précarité qui avec le temps ne s’améliorera pas, et qui selon certains sceptiques a des chances de disparaître. Je suis d’ailleurs sûr que vous avez, au moins une fois, entendu parler des intermittents qui manifestent dans la rue au césar ou même à Cannes.

Et ce statut, aussi précaire soit-il, ne s’obtient pas facilement et rares sont les étudiants qui l’obtiennent tout de suite à la sortie de leurs écoles. Il faudra généralement subir une période non définie de stages pour se construire un réseau, qui au final, reste de loin le meilleur moyen de travailler régulièrement.

D’après les gens avec qui j’ai pu travailler, cela prend en moyenne deux ans, sachant que ce sont les plus motivés et/ou chanceux d’entre eux.

En effet, souvent, les techniciens que je rencontre sur les tournages me disent que tous les élèves de leurs anciennes promotions ne travaillent pas encore tous de façon régulière.

Tous les professionnels m’ont d’ailleurs dit que ce n’est pas grâce aux diplômes que l’on travaille, mais grâce au réseau (et oui encore lui), c’est lui qui proposera du travail.

Enfin, il faut savoir que tous les métiers de cinéma n’ont pas le même niveau de précarité, certains sont bouchés alors que d’autres sont en demandes perpétuelles.

Mon professeur d’économie de production m’a par exemple dit que les métiers du montage et de la régie recrutaient perpétuellement (surtout en télé) alors qu’il était extrêmement dur d’être scénariste ou assistant réalisateur.

 

Les qualités importantes pour travailler dans le cinéma

Cette seconde partie plus subjective a pour but de vous énoncer les qualités requises pour travailler dans le cinéma. Elle est cette fois basée sur mes retours d’expériences et mes observations.

Comme nous l’avons vu plus haut, le réseau est extrêmement important. Il devient donc vital d’avoir un sens aiguisé du relationnel et une bonne capacité à se faire des contacts. D’ailleurs, j’ai même pu plusieurs fois lire ou entendre que l’audiovisuel n’est pas fait pour les gens introvertis, d’une part parce qu’il faut se faire un réseau, mais aussi parce que c’est un travail d’équipe.

Je vois souvent des gens qui sont introvertis dans ma formation ou chez les apprentis techniciens, mais je n’en côtoie presque jamais sur les tournages professionnels.

Néanmoins, pour relativiser, on peut citer en contre-exemple, des gens comme Michel Gondry qui se disent timides, et qui ont pourtant réussis et même très bien réussis.

En plus de vos qualités relationnelles, il faut savoir se bouger, être ambitieux, mais surtout audacieux.

Après je pense sincèrement qu’il est inutile d’avoir de l’ambition si vous ne vous donnez pas des moyens à la hauteur de cette dernière.

Dans ce marché concurrentiel, il devient nécessaire de se bouger et de provoquer l’opportunité. Il y a peu de chance que cette dernière arrive toute seule. Je le vois bien après trois ans, les personnes qui ont multiplié les tournages et les projets ont maintenant un bien meilleur réseau et de bien meilleures opportunités que ceux qui se sont contentés d’aller simplement en cours.

Cependant, même si vous vous bougez, je vous conseille d’avoir de la ténacité et de la patience. Le cinéma est un métier difficile et vous n’êtes pas sûr d’avoir un résultat positif du premier coup. J’ai déjà réalisé 5 courts métrages et c’est seulement le dernier dont je suis satisfait, même si mon amélioration est largement visible entre le premier et le troisième. Persévérez et rappelez-vous qu’il est normal de ne pas réussir du premier coup ! « L’échec est une étape indispensable menant vers le chemin du succès ».

Enfin, c’est à titre personnel, mais l’un des éléments qui devrait être le plus importants, c’est la passion! Il est extrêmement difficile d’avancer si on n’est pas passionné par ce que l’on fait. Je vois des dizaines d’étudiants abandonner à cause de cela, donc veillez à prendre ce critère en compte.

Au final, ce seront des armes plus qu’utiles pour vous aider à arpenter le chemin rocailleux que constitue l’atteinte de vos objectifs.

Le partage c'est la vie ! 😉

Pin It on Pinterest

Shares