Bonjour à tous,

Comme je vous l’expliquais dans « mon défi fou cinéma« , je devais réaliser un court métrage pour lequel j’avais réussi à obtenir quelques subventions. J’ai fini ce tournage il y a un peu plus d’une semaine. J’ai écrit ce film il y a deux ans et ai mis pratiquement autant de temps pour le préparer.

Notons quand même que c’est surtout ces six derniers mois qui ont été véritablement intensifs dans la préparation du film. Bref, vous l’aurez compris, ce film me tenait énormément à cœur et je ne voulais en aucun cas le rater.

Maintenant que le tournage est fini, je vous propose de partager avec vous un retour sur mon expérience de la pré-production ainsi que les différentes étapes menées conjointement.

La pré-production est, en ce qui concerne la conception des films, la partie la plus. Il y a plusieurs étapes qu’il faut mener en parallèle et qui sont indispensables si l’on veut accoucher d’un court métrage avec un minimum de qualité.

 

Les recherches de financements

Si on est jeune et qu’on se bouge un minimum, c’est étonnant le nombre d’aides qu’on peut obtenir (je ferai un article vous donnant des pistes de recherche pour vos subventions).

 

Le casting

Malgré le fait que je sois comédien, je n’y ai pas pris spécialement de plaisir et j’essayerai la prochaine fois de déléguer cette tâche (un article est en préparation sur la manière et les moyens de déposer une annonce ainsi que les possibilités de préparer le casting).

 

Les repérages

Je vous avoue que pour les repérages, j’ai cédé à la facilité en choisissant de tourner dans ma ville. Du coup, je n’ai eu aucun inconvénient à obtenir les autorisations de tournages.

 

Le contact avec les loueurs de matériel

J’ai eu l’occasion d’être en contact avec plusieurs loueurs de matériel. Au final, c’est surtout grâce à mon assistant opérateur que j’ai obtenu des tarifs intéressants. J’ai quand même vécu une expérience importante que je me ferai une joie de vous livrer dans un prochain article.

 

Le découpage technique

J’avais un peu la hantise de cette tâche, mais il s’est avéré que mon chef opérateur a très bien compris ce que je voulais. J’ai écrit et enregistré un article vidéocast sur le découpage technique

 

La recherche d’un chef opérateur

Pour cette phase, j’ai à la fois eu une immense malchance et une énorme chance.

Par deux fois mon équipe s’est désistée en raison de leurs indisponibilités (malgré le fait que j’ai communiqué les dates auparavant). C’est alors que je me suis décidé d’aller sur le site cinéaste.org* afin de trouver un chef opérateur. J’ai eu la chance d’avoir la réponse d’un professionnel qui a accepté de participer à mon tournage. Qui plus es il a trouvé toute mon équipe image et m’a aussi permis de voir mon court-métrage de manière plus ambitieuse. Moralité, il ne faut jamais baisser les bras.

* L’équipe bénévole de cineaste.org publie trois fois par semaine une newsletter pour les « cinéastes » en tous genres. Y sont regroupés les annonces des membres (recherches d’emploi, appels à participation pour projets bénévoles, recherches de collaboration, ventes ou locations de matériel, etc).

 

Le travail avec l’assistant réalisateur

S’il y avait une chose que j’avais bien comprise grâce à mes précédents courts, c’est que le travail avec l’assistant réalisateur est vital et que, sans un bon assistant, il est très difficile de mener son film à bien. Grace à mon assistante, j’ai pu déléguer les choses indispensables professionnellement parlant telles que le plan de travail, la conduite ou les feuilles de service.

Je reviendrai sur le rôle de l’assistant réalisateur.

 

Le planning

Trouver les dates compatibles avec toute l’équipe, choisir quelle séquence tourner et à quel moment, réfléchir au choix de tournage en fonction du matériel emprunté, tout cela s’est révélé être un véritable casse-tête. Mais, étrangement, je m’en suis bien sorti et j’y ai même pris du plaisir.

 

Voilà pour ce qui est de mes impressions sur le travail de pré-production que j’ai effectué durant environ deux ans même si, je le rappelle, la majorité du travail s’est en réalité faite sur ces six derniers mois.

Vous avez certainement remarqués que je n’entre pas en détails dans cet article. Il fait plutôt office d’introduction à la série d’articles que je vous prépare.

Comme d’habitude, n’hésitez pas à donner vos impressions ou à poser vos questions dans l’espace « commentaires » ci-dessous 😉

Romain

Le partage c'est la vie ! 😉

Pin It on Pinterest

Shares