Bonjour à tous !

Dans le cadre de mon défi fou, j’ai décidé de vous proposer un premier article sur le son, et plus précisément, le son direct.

Le son direct correspond au son pris sur le tournage. La France, notamment depuis la Nouvelle Vague, est très attachée à ce genre. Il est aussi moins cher que le son indirect. Un film fini est un mélange entre le son direct et et le son indirect ajouté en post-production. Il est à noter que les grosses productions américaines font des films uniquement en son indirect, c’est-à-dire qu’il refont tous les sons du tournage en post-production mais nous y reviendrons dans un prochain article 😉

 

Les métiers du son direct dans le cinéma.

Le perchman

Le perchman est souvent à tort considéré par les néophytes comme un poste ingrat qui se situerait en bas de l’échelle de la hiérarchie sonore. Néanmoins, sachez que le perchman pourrait être assimilé au cadreur, sauf qu’il ne s’occupe pas des images mais du son. C’est lui qui devra capter les sons de la scène et donc diriger, en fonction des moments, sa perche là où le son est le plus présent.

Chef opérateur son ou ingé son

Si le perchman est assimilé au cadreur, le chef opérateur son pourrait être considéré comme le chef opérateur ou directeur de la photographie, sauf que ce n’est pas la lumière qu’il construit mais le son. Ainsi, il est en charge des réglages de la mixette(une mini console de mixage), du choix des micros, des repérages sonores et c’est lui qui juge de la validité ou de la non-validité sonore d’une prise.

Assistant son

Son rôle est d’assister le chef opérateur son. Ses tâches sont variées comme, par exemple, le fait de s’occuper du matériel sonore sorti sur le tournage, le placement de micros et en général toutes les tâches que l’ingé son ne peut et ne veut pas faire.

Selon la taille du tournage, les effectifs changeront, cela va de plusieurs assistants son sur un tournage pro à aucun assistant sur un tournage amateur. Sur les tournages amateurs ou semi-professionnels, il se peut qu’une personne cumule les trois postes.

En théorie, sur un tournage pro, les différents micros sont reliés (avec un fil ou non) à une console, appelée mixette, sur laquelle le chef opérateur peut faire ses réglages en direct de la prise de son. Cette même mixette est reliée à un enregistreur ou alors à la caméra elle-même qui fait office d’enregistreur.

Sur les tournages amateurs, il se peut que le micro soit directement relié à la caméra sans passer par par une mixette. Dans ce cas, il n’y aura pas d’ingé son mais juste un perchman. Néanmoins, le son sera alors de plus mauvaise qualité avec des risques de légers parasites.

Pour vos premiers tournages, ne vous en faites pas si vous n’avez pas de mixette, vous aurez bien le temps d’en acquérir une avec l’expérience. Contentez-vous de brancher un micro à la caméra en prise XLR si vous avez un bonne caméra ou alors en prise amateur si votre caméra est d’entrée de gamme.

Attention, n’enregistrez jamais le son avec le micro de la caméra. Vous risquez d’entendre le bruit du moteur de la caméra. De plus vous aurez un très mauvais rendu sonore du fait que la qualité du micro est généralement mauvaise et surtout car les dialogues de vos personnages seront dit trop loin du micro.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à la poser dans les commentaires et j’y répondrai

Romain

Le partage c'est la vie ! 😉

Pin It on Pinterest

Shares