La sécurité est le maître mot en matière d’éclairage.

Lorsque le courant circule à travers un corps, les muscles (fléchisseurs/extenseurs) s’activent de manière involontaire. Deux incidents sont possibles :

  • Soit on se fait projeter, avec un risque supplémentaire de dommages liés à la chute ;
  • Soit on se tétanise et la charge reçue augmente fortement.

Dans les deux cas, le SEUL réflexe à adopter est de couper l’alimentation générale le plus vite possible.

NB : les gens en tétanie ne peuvent pas crier.

Voici une petite définition pour démarrer :

TEMPERATURE DE COULEUR : exprimée en degrés Kelvin (K), elle détermine la teinte dominante de la lumière. Plus la température est élevée, plus la lumière sera bleue. A contrario, plus elle sera faible, plus elle sera rouge. La lumière du jour est de l’ordre de 5600K.

Définissons à présent les grandes familles de lampes :

  1. Lampes à filament (appelées couramment « tungstènes ») : 3200K ;
  2. Lampes HMI (appelées couramment « daylight ») : 5600K ;
  3. Lampes à fluorure.
LAMPES A FILAMENT LAMPES HMI LAMPES A FLUORURE
AVANTAGES
  • Flexibilité
  • Faible coût de location
  • Température couleur fiable
  • Rendement lumineux
  • Mixité avec la lumière du jour
  • Faible émission de chaleur
  • Idéales pour recréer l’ambiance des rues de nuit
  • Grande surface éclairée
INCONVENIENTS
  • Chaleur importante
  • Consommation importante de courant
  • Non utilisables en plein jour
  • Température couleur approximative
  • Coût de location élevé
  • Faible puissance

Les lampes à filament

Dans le langage courant, nous parlons de lampe au tungstène T.

En réalité, les lampes modernes sont de type TH (Tungstène Halogène). Car à puissance égale, les TH dégagent considérablement moins de chaleur que les T. Avantage non négligeable pour le confort des équipes.

Les TH (et T) ne se mélangent pas sans perte d’efficacité à la lumière du jour. Elles sont massivement utilisées à l’intérieur, c’est-à-dire en studio ou pour la scène.

Leur flexibilité est importante car on les branche directement au secteur. Ce n’est pas le cas des lampes de type HMI qui ont besoin d’un ballast*.

Les HT et T se sont démocratisés, ce qui se traduit par un faible coût de location.

Leur température de couleur est facilement mesurable et rectifiable.

Les lampes HMI

Nous parlions ci-dessus d’un manque de flexibilité de ce type d’éclairage, inhérent au ballast. Ce dernier sert d’amorce pour allumer le projecteur, c’est-à-dire former l’arc. Par conséquent, il faut relier le projecteur au ballast et le ballast au secteur.

On peut néanmoins nuancer cet inconvénient en précisant que le rendement lumineux d’une lampe de type HMI est quatre fois plus élevé que celui du TH. En effet, la lumière dégagée (exprimée en lumens) par les HMI change en fonction de la puissance d’alimentation (W).

Si le HMI est de plus en plus utilisé, c’est principalement pour deux raisons :

Premièrement, grâce à des pellicules (et maintenant des capteurs) toujours plus sensibles, les tournages en milieu extérieur augmentent en continu.

Secondement, il est impossible de mélanger la lumière du jour et la lumière tungstène sans perte de puissance ni effets de filtrage. Le principal défaut du HMI est que la température de couleur est approximative et peut varier grandement d’une lampe à l’autre.

Les lampes à fluorure

Disons simplement que les lampes sont composées de gaz rares et ont besoin d’un ballast. Elles sont surtout employées de nuit pour remodeler un éclairage public qui n’est pas satisfaisant ou qui ne correspond pas aux attentes du DP (Directeur de la Photographie).

 

Nous détaillerons dans un prochain article les modes de fonctionnement de chaque lampe ainsi que les sous-familles

* Le terme de ballast désigne n’importe quel composant électrique utilisé pour réduire le courant dans un circuit électrique. Un ballast peut prendre la forme d’une simple résistance série comme pour les tubes fluorescents de faible puissance. Pour les applications de plus forte puissance, l’énergie dissipée dans la résistance ballast serait trop importante. On utilise alors des condensateurs, des bobines, ou les deux à la fois. L’avantage de ces composants par rapport à une résistance est qu’idéalement leur impédance ne comporte pas de terme résistif et n’amène donc pas de pertes par effet Joule. (référence : fr.wikipedia.org)

 

Thibault Taccone

Le partage c'est la vie ! 😉

Pin It on Pinterest

Shares