Bonjour à tous. Aujourd’hui j’accueille sur le blog Pierre qui inaugure la partie Histoire du cinéma avec un article sur l’expressionnisme allemand.

 

L’expressionnisme en peinture

En peinture, l’expressionnisme est apparu au XXe siècle comme une révolution pour certains et comme un scandale pour d’autres. En effet, ce mouvement a pour but de casser les codes de la peinture académique et même de l’impressionnisme qui avait toujours pour ambition de nous offrir une vision « assez » réaliste de la vie. Les artistes étaient soumis à des règles car ils devaient coller au mieux à la réalité. Finalement, leurs oeuvres étaient objectives, elles n’avaient pas de sens si ce n’est de reproduire une réalité. Avec l’expressionnisme, les artistes sont libres. Ils ne sont pas soumis à des règles et peuvent exprimer ouvertement leurs sentiments. C’est pourquoi l’expressionnisme est subjectif, c’est l’artiste qui nous offre sa vision des choses.

L'expressionnisme allemand

LE CRI d’Edward MUNCH est un parfait exemple de la peinture expressionniste.

Couleurs

Il faut noter deux couleurs dominantes : le rouge et le bleu. Le rouge est vif tandis que le bleu vient atténuer le tout. Il y a donc un jeu de lumière, le clair-obscur.

Représentation

En premier plan, nous avons un personnage représenté d’une manière sommaire, ce qui montre bien que retranscrire la réalité n’est pas le but de l’oeuvre. Ce personnage est angoissé, il a peur.

L’intérêt de la peinture réside dans le mouvement, dans ces courbes qui retravaillent les formes pour donner un aspect inquiétant, loufoque. Tout dans cette peinture est fait pour nous rappeler l’expression de (rattachement de la phrase dans le même paragraphe) l’Homme, ce « cri » qu’il pousse par peur vraisemblablement et qui est une manifestation de sa folie.

En conclusion, cette peinture est une déformation de la réalité. Cette oeuvre nous confine dans une atmosphère angoissante.

L’expressionnisme Allemand

L’expressionnisme allemand est apparu après la première Guerre Mondiale avec le film Le Cabinet du docteur Caligari (1920) de Robert WIENE.

Mais qu’est-ce que l’expressionnisme plus généralement ? C’est une déformation de la réalité qui vise à nous faire ressentir une émotion, un sentiment. A la fin de la première Guerre Mondiale, les artistes ont une vision pessimiste du monde. C’est pourquoi l’expressionnisme allemand aborde globalement les mêmes thèmes : la peur, l’angoisse, la folie.

Cette idée de déformer la réalité va aussi se retrouver au cinéma. Le but est le même : exprimer un sentiment. Les personnages, les lumières et les décors notamment vont contribuer à l’atmosphère des films expressionnistes.

Les films fantastiques et d’horreur sont les deux genres qui vont merveilleusement bien se marier avec l’expressionnisme allemand.

Mais qu’est-ce qui fait la particularité des films expressionnistes allemands ?

Dans un premier temps, il faut s’intéresser aux personnages qui doivent véhiculer des émotions et être en adéquation avec les thèmes et le genre du film. De ce fait, les personnages seront étranges, fous, effrayants. Pour arriver à un tel résultat, les acteurs sont en costume et fortement maquillés afin de les éloigner le plus possible de la réalité.

Le Cabinet du docteur Caligari

Dans ce gros plan tiré du Cabinet du docteur Caligari, l’acteur a été maquillé. Ses yeux sont soulignés, ses sourcils redessinés. Cela nous donne une image dénaturée de l’Homme, une image que l’on ne connaît pas, une image qui nous fait peur.

De plus, les premiers films expressionnistes allemands étaient muets, le jeu des acteurs était donc exagéré. (rattachement de la phrase dans le même paragraphe) Cette mise en scène peut faire sourire de nos jours tant elle paraît irréaliste. Mais elle créait à l’époque un sentiment de folie ou de peur.

Les films sont tournés en studio, l’éclairage est donc artisanal. Une nouvelle fois, on s’éloigne un peu plus de la réalité en créant un nouveau monde où la lumière éblouit les visages des personnages qui apparaissent comme des cadavres.

Les premiers décors étaient des toiles abstraites. On utilisait des formes géométriques simples pour symboliser les lieux et les objets. Les décors, eux aussi, vont véhiculer des sensations. Dans Le Cabinet du docteur Caligari, nous pouvons constater les lignes sur les murs, des lignes qui vont dans toutes les directions et qui ne respectent aucune logique. Le sentiment qui découle de ce décor est la folie, on ne sait pas où on est et on ne sait pas où l’on va.

L'expressionnisme allemand - Le Cabinet du docteur Caligari

Lorsque l’on parle d’expressionnisme aujourd’hui, il y a un nom qui revient souvent, celui de Tim BURTON. J’ai voulu me démarquer de la tendance en prenant pour exemple Stanley KUBRICK et son film Orange mécanique (1971).

Orange mécanique

L’image ci-dessus extraite de Orange mécanique est explicite. En effet, le bar est décoré par des femmes nues et figées dans des positions équivoques. Il ne faut pas seulement y voir une jouissance pour les yeux, il faut y réfléchir. Qu’est-ce que ces femmes symbolisent ? Une société où le sexe est omniprésent, une société où le sexe est une chose banale, une chose du quotidien qui n’a plus rien de tabou. Les femmes sont partout, elles n’attendent que vous et sont des objets qui meublent votre quotidien. Voilà ce que KUBRICK cherche à exprimer à travers ce décor peu commun.

Pierre

N’hésitez pas à réagir à cet article, vos commentaires nous encouragent.

Le partage c'est la vie ! 😉

Pin It on Pinterest

Shares