Cela fait un mois et demi que j’ai repris les cours en troisième année de licence (L3) cinéma à Paris I Panthéon Sorbonne. Comme chaque année au programme, une quinzaine d’heures de cours (mal) réparties dans la semaine.

Voici un premier bilan quelque peu mitigé de ce début d’année.

 

Points négatifs

L’ambiance

L’ambiance n’est pas géniale. Les gens se croisent et on ne peut pas dire qu’il y a beaucoup de contacts. De nombreux petits groupes sont repliés sur eux-mêmes. Je sens que la plupart des étudiants sont déjà blasés.

Trop d’analyse tue l’analyse

C’est ma troisième année de fac et je commence vraiment à saturer au niveau de l’analyse. Sur mes quinze heures de cours hebdomadaires, je dois en avoir huit qui sont consacrées de manière officielle ou détournée à cette pratique qui devient de plus en plus ennuyeuse.

Les deux premières années, je trouvais enrichissant d’étudier les films de grands réalisateurs. Maintenant, huit heures dans la semaine sur des extraits de films que je n’ai pas vus, c’est franchement pénible. D’autant que certains ont une fâcheuse tendance à l’extrapolation et à la masturbation intellectuelle.

Enfin, je suis extrêmement déçu que nous n’analysions que des films anciens. Non, je n’ai rien contre le cinéma classique, bien au contraire ! Mais je trouve dommageable de ne pas étudier de films contemporains. Les films étudiés s’arrêtent aux années 80, si on a de la chance… Car généralement, ils ne vont pas au-delà des années 50.

 

Les points positifs

L’économie du cinéma

Heureusement, il y a un cours que j’adore, celui qui traite de l’économie du cinéma. Mon professeur est un réalisateur assez connu dans le monde du cinéma et je vous prépare bientôt des articles sur ce que j’ai appris avec lui.

Dans une moindre mesure, mes cours de théorie de la télévision et de scénario sont également intéressants et, là aussi, vous aurez le droit à des articles à ces sujets ;).

De nouvelles personnes intéressantes

Autre point positif, l’arrivée des BTS en L3. En effet, le BTS est un diplôme qui se valide en deux ans et qui est censé offrir une solide formation de technicien dans des domaines particuliers tels que le montage ou l’image.

Une fois le BTS en poche, certains étudiants décident de faire une L3 pour des raisons diverses : l’envie de continuer à étudier et à apprendre de nouvelles choses ; avoir le statut d’étudiant ; avoir un Bac +3, etc.

Comme je vous l’ai dit un peu plus haut, personne ne vient vers personne et donc ces nouveaux étudiants sont restés logiquement entre eux.

Quel dommage ! La venue de ces jeunes techniciens était une bonne occasion d’augmenter les contacts de chacun et de faire de nouveaux projets avec des personnes aux compétences différentes.

Résultat, après avoir fait connaissance, j’ai de très bonnes relations avec les BTS et quelques projets à la clef. Passer du temps avec eux me donne l’impression d’avoir une bouffée d’air frais.

Le partage c'est la vie ! 😉

Pin It on Pinterest

Shares