Introduction

La création du métier de scripte date de l’époque du passage du muet au parlant. Sarah Mason est considérée comme ayant inventé ce métier lors du tournage du film de Douglas Fairbanks Arizona (1918).

C’est une des raisons pour lesquels, notamment en France, le métier de scripte est un métier à dominante féminine.

Le rôle premier d’un (e) scripte est de garantir la continuité lors du tournage. Les scènes étant tournées dans l’ordre du plan de travail du premier assistant réalisateur, selon différentes contraintes, le film se tourne bien souvent chronologiquement dans le désordre.

Le/la scripte est donc là pour s’assurer qu’aucun problème lié à cette contrainte ne viendra perturber l’immersion du spectateur.

La préparation du tournage.

Sur un long métrage, un (e) scripte intervient un mois avant le début du tournage. Son premier travail est d’effectuer un pré-minutage du film. Ce document permet l’établissement du temps de tournage et du budget du film.

La méthode est simple : le/la scripte joue le film avec un chronomètre. Toutes les actions doivent êtres jouées.

Pour augmenter la précision de son pré-minutage, la scripte doit connaître le rythme que le réalisateur souhaite donner au film (il est aussi nécessaire de regarder ses films disponibles). Le pré-minutage dépend aussi du genre du film.

Le rythme d’un film d’action américain est différent de celui d’un film d’auteur d’Europe de l’Est.

A l’approche du tournage, les répétitions avec les acteurs et le réalisateur permet un nouveau pré-minutage.

Le/la scripte travaille également en coopération avec l’auteur afin de déceler les éventuelles « failles » du scénario. Les anachronismes, les incohérences liées aux différentes versions, toutes les dissonances doivent êtres rapportées à l’auteur.

Pendant la préparation, le/la scripte prépare le document qui lui servira de « meilleur ami » pendant le temps de tournage : la continuité chronologique. C’est un document dans lequel tous les éléments d’une séquences sont détaillés à l’extrême.

  • la séquence (quand a lieu la séquence) ;
  • l’effet (Intérieur ou Extérieur, Jour ou Nuit) ;
  • le décor (où a lieu la séquence) ;
  • l’action (ce qui se passe dans la séquence) ;
  • les personnages (qui est présent, avec quelle tenue) ;
  • les accessoires (les éléments que les acteurs vont manipuler dans la séquence) ;
  • le pré-minutage..

Un tel document est créé par le/la scripte pour chaque séquence. Il/elle les range ensuite dans l’ordre chronologique du film, pour créer la continuité chronologique.

Le/la scripte y note également tous les éléments qui pourraient avoir une incidence sur les raccords. Un personnage qui entre ou qui sort, un changement de tenue ou un changement psychologique chez un personnage.

Sur le tournage

Le/la scripte exécute différentes missions lors du tournage. Il/elle est le garant de la cohérence finale de l’histoire. Il/elle vérifie avant chaque prise que les acteurs et tout le reste est en accord avec le scénario ou ce qui a déjà été filmé. Entre chaque prise, à l’aide de l’accessoiriste et des habilleuses, il/elle s’assure que chaque élément est revenu à sa position initiale.

Lorsqu’une prise est bonne, le/la scripte note tous les détails nécessaire à la mise en place de la scène suivante. Il/elle prend des photos du décors et des comédiens, afin du pouvoir retrouver rapidement les différents détails de leurs tenues et la position des différents objets dans le décor.

Si l’on tourne plusieurs plans d’une même scène, le/la scripte doit s’assurer que chaque plan tourné sera montable. Il s’assure que le plan en cours de tournage sera compréhensible par le spectateur, en fonction des plans venant avant (qu’ils soient tournés ou non). Le/la scripte connaît le découpage techniquepar cœur. Il/elle est également une force de proposition pour le réalisateur grâce à ses connaissances du montage.

Sa deuxième mission est de remplir 4 rapports vitaux à la bonne marche du film.

  • Le Rapport Image : le/la scripte effectue une page de rapport par bobine/carte mémoire et par jour. Ce rapport permet à la société qui va développer la pellicule (ou numériser le film) de faire les bons réglages d’étalonnage. En fonction des désirs du réalisateur et/ou des conditions météorologiques changeantes lors d’une prise. ;
  • Le Rapport Montage : le/la scripte crée une page de rapport montage par plan. Il y note l’action de ce plan, les meilleures prises et tous les détails la concernant. Ce document est utilisé par les monteurs du film. Il leur permet de connaître et d’identifier chaque prise. Ce document inclut des informations permettant de retourner ce plan dans les mêmes conditions de tournage (même hauteur de caméra, même distance, etc) si un problème est découvert nécessitant de le refaire. ;
  • Le Rapport de Production : le/la scripte en remplit une page par journée de tournage. C’est le bilan chiffré de la journée. Ce qui devait être fait, ce qui a été fait, ce qui devra être refait… Ce document sert à la production pour suivre, de loin, le tournage d’un film. ;
  • Le Rapport Horaire : le/la scripte en prépare une feuille par jour. C’est le journal de bord du tournage. Il contient tout ce qui s’est passé dans la journée, au fil des heures. Avec les horaires et les notes de la scripte, il est utilisé pour suivre de manière plus précise le déroulement d’une journée de tournage..

Une fois la journée de tournage terminée, le/la scripte termine ses rapports. Il/elle remet le rapport image à l’assistant caméra, qui le range avec la bobine du jour. Il/elle remet le lendemain les autres rapports au directeur de production. Avant d’aller se coucher, le/la scripte accompagné (e) du réalisateur et de son première assistant repasse en détail la journée du lendemain.

Et le lendemain, il/elle recommence…

Le partage c'est la vie ! 😉

Pin It on Pinterest

Shares