Le cinéma se sert de nombreux termes qui lui sont propres et il est facile de s’y perdre, de les confondre, de ne pas les comprendre. Ci-dessous, découvrez 57 de ceux qui sont les plus utilisés et améliorez ainsi votre vocabulaire cinématographique.

Vocabulaire du cinéma : 57 termes expliqués

1) Accéléré : effet qui permet de voir une action en un temps moins long que sa durée réelle.

2) Angle de prise de vue : angle formé dans un plan vertical par le sol et l’axe optique de l’appareil, ou encore ouverture entre les limites latérales du champ.

3) Arrière-plan : décor qui se trouve derrière l’action ou les comédiens.

4) Back-light : éclairage à contre-jour.

5) Bout-à-bout : encore appelé « ours », le bout-à-bout est un montage sommaire des plans dans l’ordre du scénario ou du découpage technique, et ce sans retouches ou raccords.

6) Bruitage : c’est la création des sons qui seront ajoutés aux images composant le film. Il se fait en post-production.

7) Cadrage : résultat de l’action de cadrer, de faire le cadre ; et le cadre, c’est ce que voit le cadreur dans l’œilleton, le viseur de sa caméra. Le cadrage correspond au choix des limites de l’image : angle de prise de vue, échelle des plans, etc.

8) Champ : c’est tout ce qui sera visible à l’écran, tout ce qui entre dans le cadre lors de l’enregistrement.

9) Clap : ardoise dont on claque la partie supérieure amovible sur la partie inférieure afin d’indiquer le début de l’enregistrement aux différentes personnes intervenant sur un tournage. Il permet également la synchronisation des bande-image et bande-son tirées des rushes.

10) Continuité dialoguée : version du scénario qui contient l’ensemble des dialogues et scènes du film.

11) Contraste : rapport entre les parties les plus sombres et les plus claires d’une image.

12) Contre-champ : prise de vue faite dans le sens opposé à celui du plan précédent.

13) Contre-plongée : prise faite avec un angle au-dessous d’un personnage ou d’un objet. Pour être terre-à-terre, disons qu’ici, la caméra « regarde » de bas en haut.

14) Coupe : encore appelée Cut, la coupe est un changement de plan qui marque une rupture dans la continuité d’un film.

15) Court-métrage : en France, selon le Centre National de la Cinématographie, le court métrage est un film dont le métrage ne dépasse pas 1600 mètres au format 35 mm. Autrement dit, il s’agit d’un film dont la durée est inférieure à 59 minutes.

16) Découpage technique : ici, le réalisateur (auteur du script ou non) décrit, pour chaque séquence, les différents plans à tourner, leur numéro, les musiques, la position et les mouvements de caméra, etc. Notez que le découpage technique est la dernière étape du scénario. Il survient après la continuité dialoguée.

17) Dépouillement : ici, on prend chaque scène du film. Puis, on note les détails et informations s’y rapportant : décors, accessoires, acteurs, figurants, etc.

18) Effets spéciaux : trucages (généralement réalisés en studio) destinés à modifier une image dans le but de créer un effet spectaculaire, fantastique ou tout simplement ultra-réaliste.

19) Équipe technique : elle est constituée par toutes les personnes intervenant  dans la fabrication d’un film.

20) Étalonnage : effectué en post-production, l’étalonnage consiste à appliquer à un film des filtres dans le but d’en améliorer le rendu visuel, de créer des ambiances, de rendre les images plus esthétiques, et d’harmoniser la luminosité et les couleurs.

21) Figurant : personne que l’on voit dans une scène de film, mais qui n’a aucun dialogue à dire.

22) Flash-back : séquence d’un film qui interrompt l’action en cours et relate des évènements la précédant.

23) Flash-forward : il s’agit d’une séquence d’un film qui interrompt, elle aussi, l’action en cours. Mais contrairement au flash-back qui relate les évènements précédant l’action en cours, le flash-forward raconte des évènements qui lui sont postérieurs, des évènements du futur.

24) Focale : distance entre le centre optique de l’objectif et la lentille. C’est elle qui déterminera la taille des objets à l’écran.

25) Générique : il se trouve en début et/ou en fin de film. Il présente :

    • Une liste des personnes (acteurs, producteurs, etc) qui ont participé à la conception du film
    • Une liste de remerciements à tous les partenaires du film
    • Les titres musicaux utilisés dans le film

26) Girafe : il s’agit d’une perche qui repose sur un support à roues. On y fixe un micro afin d’enregistrer le son lors de la prise de vue.

27) Gros plan : le gros plan coupe un personnage au niveau des épaules ou juste au-dessus. De cette façon, on isole le visage du personnage et on met en avant son regard.

28) Grue ou louma : cet appareil permet d’enregistrer des prises de vue depuis une certaine hauteur tout en conservant la mobilité de la caméra ainsi que sa capacité à faire des mouvements complexes.

29) Hors champ : il comprend tout (éléments de décor, personnages, etc) ce qui est situé en dehors du champ de la caméra.

30) Mixage : mixer, c’est mélanger et doser les bandes « musique », « bruits », et « paroles » de façon à réaliser la bande son définitive du film. Bien évidemment, le mixage ne se fait qu’après le montage vidéo.

31) Montage : le montage consiste à assembler et à raccorder, dans l’ordre prévu par le découpage, les différents plans choisis parmi ceux obtenus lors des prises de vue.

32) Nuit américaine : système de prises de vue qui utilise des filtres pour tourner des scènes de nuit en plein jour.

33) Objectif : système optique de prise de vues conçu à parti de lentilles optiques. Il permet de donner une image « objective » de l’objet filmé ou photographié.

34) Perche : support long, en forme de bâton au bout duquel on fixe un micro et qu’on tient au-dessus des acteurs. Grâce à lui, on peut enregistrer les sons sans faire des ombres ou entrer dans le cadre.

35) Plan : morceau de film entre deux raccords.

36) Plan séquence : séquence tournée en un seul plan (sans arrêt de la caméra) et restituée telle qu’elle a été filmée, c’est-à-dire sans aucun montage, fondu ou champ-contrechamp, etc.

37) Plateau : lieu où les acteurs et l’équipe technique se rassemblent pour tourner les prises de vue. Mais en studio, le plateau désigne le lieu où l’on fabriquera les décors dans lesquels les séquences seront enregistrées.

38) Plongée : si la contre-plongée consiste à effectuer une prise avec un angle au-dessous d’un objet ou d’un personnage, la plongée, elle, consiste à faire exactement le contraire : effectuer cette prise avec un angle au-dessus du personnage. Donc, ici, la caméra « regarde » de haut en bas.

39) Postproduction : ensemble des opérations qui viennent après le tournage

40) Postsynchronisation : opération qui consiste à enregistrer les dialogues et bruitages du film après le tournage.

41) Prise : enregistrement d’un plan pendant un tournage.

42) Production : étape pendant laquelle sont réalisées les prises de vues et prises de son directes.

43) Raccord : terme utilisé pour l’enchaînement de deux plans.

44) Repérages : travail qui consiste à rechercher et identifier les lieux de tournage adéquats, puis à les étudier pour déterminer ou poser la caméra et comment tourner les plans souhaités.

45) Répétition : ici, les acteurs répètent leurs scènes et dialogues sous la supervision du réalisateur qui leur donne des conseils et les « coache » afin d’obtenir le meilleur résultat possible lors du tournage.

46) Rushes : vidéos et sons bruts tels qu’ils ont été enregistrés lors du tournage.

47) Scénario : version écrite d’un projet de film contenant les scènes et dialogues dudit film

48) Scène : ensemble de plans qui se suivent tout en étant liés par une unité dramatique ou se déroulant dans un même lieu.

49) Sens de lecture : chemin suivi par les yeux pour lire une image.

50) Séquence : succession de scènes qui présentent chacune une unité de lieu, mais qui sont liées par le même temps, et qui sont découpées en plans.

51) Son direct : opération qui consiste à enregistrer les bruitages pendant les prises de vues, lors du tournage. C’est l’opposé de la postsynchronisation.

52) Story-board encore appelé scénarimage : c’est « une bande dessinée, un ensemble de croquis  » du scénario. On y trouve l’ensemble des plans, des mouvements de caméra et indications sonores.
Son but est de fournir une idée claire et précise des plans prévus au tournage, et de vérifier leur liaison l’un après l’autre.

53) Studios : endroits consacrés au tournage des films et dans lesquels on monte des décors artificiels.

54) Tournage : ensemble d’opérations de prise de sons et de prise de vues utilisées dans la production d’un film.

55) Travelling : c’est tout déplacement (lors des prises de vues) de caméra installée sur un chariot de travelling ou tout autre support mobile : grue, véhicule, avion, etc.

56) Très gros plan : plan très serré d’une partie du corps (exemple d’un doigt, d’une cicatrice) qui prendra toute la surface de l’écran.

57) Zoom : effet qui, sans nécessiter un déplacement de la caméra, crée une impression de mouvement de la caméra vers l’avant ou l’arrière. Cet effet est obtenu en manipulant la focale de l’objectif lors de la prise de vue.

Voilà, maintenant que vous avez découvert ces termes, vous avez peut-être amélioré votre vocabulaire cinématographique ?  Vous avez peut-être des choses à ajouter à cette liste ? Si oui, servez-vous de la zone réservée ci-dessous aux commentaires. 🙂

Le partage c'est la vie ! 😉

Pin It on Pinterest

Shares