La technique de mise en scène utilisée dans la réalisation d’un film définit l’ambiance générale, la variété et la continuité des plans. C’est elle qui détermine également le plaisir et la compréhension que vos spectateurs auront en regardant votre film sur leurs écrans.

Dans cet article, vous découvrirez 3 techniques de mise en scène couramment utilisées et leurs spécificités.

Première technique de mise en scène : La caméra statique

La caméra statique est une technique de mise en scène couramment utilisée dans le domaine du cinéma. Comme son nom l’indique, elle permet de faire un plan fixe. Immobilisée sur un trépied, la caméra filme les différents mouvements de personnages dans un décor fixe.

En utilisant la technique de la caméra statique, vous pouvez mettre une distance entre le spectateur et les personnages. Ainsi, en visionnant votre film, le spectateur ne se sentira pas forcément intégré à l’action. La caméra statique permet de faire 3 principaux types de plans :

1 – Le gros plan

Il permet de ressortir les émotions, les traits de visage et les expressions d’un acteur. Il vous permet de partager le regard, le sourire, la tristesse ou toute autre impression de votre personnage avec le spectateur. Il est généralement utilisé au cours des scènes de dialogue de courte durée.

Il est également possible de faire un gros plan montrant le visage et les épaules d’un personnage ou juste une partie de son visage (son sourire par exemple). Dans un cas ou dans l’autre, le personnage est isolé.

2 – Le plan moyen

Il montre la partie supérieure du personnage (le haut, les bras et la tête). La caméra statique permet entre autres de faire un plan moyen américain en cadrant un personnage au milieu de sa cuisse pour montrer l’action de ses bras comme dans les films westerns. Il est également possible d’obtenir un plan italien sur lequel le personnage est montré jusqu’à ses genoux.

3 – Le plan large

À partir d’une caméra statique, il est possible de faire un plan large montrant un ou plusieurs personnages de la tête aux pieds. Il est également possible de faire un plan très large en montrant les personnages dans leur environnement.

Si vous faites vos premiers pas dans le monde du cinéma, cette technique de mise en scène est recommandée pour vous. Il vous permettra d’obtenir un film facile à regarder, mais vous utiliserez également d’autres techniques qui vous permettront d’avoir des images en mouvement.

Deuxième technique de mise en scène : La caméra en mouvement

La technique de la caméra en mouvement remonte à 1896 où Eugène Promio l’opérateur des frères Lumière posa une caméra sur une gondole vénitienne en déplacement pour filmer des scènes. Il se justifiait en expliquant que s’il était possible de filmer des scènes à partir de personnages ou d’objets mobiles, alors il est également possible de filmer des objets ou des personnages immobiles à partir d’une caméra en mouvement. C’est cela qui a donné naissance à cette technique de mise en scène qui se décline en deux principaux mouvements : le travelling et le panoramique.

1 – Le travelling

C’est l’un des mouvements de caméra les plus connus dans le domaine du cinéma. Celui qui a été fait par Dustin Hoffman dans l’ouverture de son film Le Lauréat est connu comme l’un des plus mémorables et des plus brillants dans l’histoire du cinéma. Faire du travelling revient à poser la caméra sur un plateau muni de roues appelées bogies et la faire glisser. Les roues sont posées sur des tubes communément appelés rails pour faciliter le mouvement de la caméra. Grâce à ce dispositif, il est possible d’effectuer des mouvements avant et arrière sans coups et sans tremblements.

Le travelling permet d’obtenir un plan fluide et en mouvement. Il permet surtout au spectateur de voir l’environnement sous plusieurs angles. En l’utilisant, le réalisateur peut ressortir dans le film l’effet qu’il souhaite produire en se servant des trois dimensions de l’espace.

Les différents types de travelling :
  • horizontal ou latéral pour montrer une voiture ou un personnage en action dont le décor change tout au long de la scène ;
  • vertical pour filmer du haut en bas un personnage ou une action afin de dévoiler progressivement le lieu et l’action en cours ;
  • avant pour montrer progressivement au spectateur des détails d’un personnage ou d’une scène afin de susciter des émotions. C’est une technique généralement utilisée dans les films dramaturges. Mais attention, le travelling avant diffère d’un zoom ;
  • arrière pour créer un effet contraire à celui obtenu dans un travelling avant. Posée sur les rails, la caméra effectue un mouvement arrière permettant au spectateur de découvrir l’environnement du personnage afin d’obtenir plus d’informations à propos de la séquence en cours ;
  • circulaire pour renforcer l’idée de mouvement et de dynamisme dans une scène. Encore appelé travelling à 360 °, il permet de créer un effet dramaturgique fort ;
  • compensé pour donner l’impression que le personnage perd l’équilibre ou est sous l’emprise d’une drogue. Il consiste à faire un travelling avant en même temps qu’un zoom arrière. Cette technique a été créée par le cinéaste Alfred Hitchcock qui l’a utilisé dans son film Vertigo pour montrer que le personnage principal souffre souvent de vertiges.

2 – Le panoramique

C’est l’un des mouvements de caméra les plus simples dans le cinéma. La caméra est fixée sur une position et est tournée sur elle-même. Contrairement au travelling, elle ne bouge pas. On distingue 2 principaux types de panoramiques : le panoramique horizontal et le panoramique vertical.

Pour faire un panoramique horizontal, l’opérateur tourne sur elle-même la caméra en suivant un mouvement de la gauche vers la droite ou de la droite vers la gauche. Cela permet au spectateur de découvrir par exemple un paysage.

Le panoramique vertical est un mouvement de haut en bas et de bas en haut de la caméra. Il permet de filmer des bâtiments de grande envergure comme les immeubles à plusieurs niveaux et les cathédrales.

Troisième technique de mise en scène : L’acteur statique

Lorsque l’acteur est statique sur une scène, les mouvements sont essentiellement effectués par la caméra. Le réalisateur peut utiliser une caméra en mouvement ou une caméra statique.

Dans le cas où il utilise une caméra en mouvement, il fait :

  • un mouvement arrière pour augmenter la distance entre l’acteur et la caméra afin de montrer le décor ;
  • un mouvement avant pour réduire la distance entre l’acteur et la caméra afin de mettre en avant des détails spécifiques.

Dans le cas où il utilise une caméra statique, il fait un zoom pour s’approcher ou pour s’éloigner progressivement du personnage. Le zoom avant lui permet de se centraliser sur l’acteur et le zoom arrière lui permet de dévoiler progressivement le décor au spectateur.

Voilà, c’était 3 techniques de mise en scène utilisées au cinéma. Avez-vous déjà utilisé l’une d’entre elles dans l’un de vos films ?

Hidden Content
Vous ne pouvez pas copier cette image