Il existe 8 éléments artistiques que l’on peut retrouver dans un film ou dans une vidéo, ils ont tous leur utilité et aucun ne devrait être négligé !

Premier élément : le scénario

Un bon scénario, une bonne intrigue, des personnages attachants ou forts et des dialogues perspicaces : ce sont 3 éléments importants pour un bon scénario.

Deuxième élément : l’acting

L’émotion que vous voulez faire ressentir passe par l’acteur ou l’actrice. Si l’acteur est mauvais, le spectateur risque de sortir de la diégèse (= la narration). Le jeu des acteurs est essentiel !

Troisième élément : le découpage

Quels plans va-t-on utiliser ? Dans quel ordre ? À quel rythme ? Tout cela doit être réfléchi : selon le choix de découpage, la scène n’aura pas toujours le même sens.

Quatrième élément : l’image

L’image, c’est aussi le cadre : valeur de plan, angle, focale, profondeur de champ.

Cinquième élément : le décor, la lumière et le mouvement de caméra

  • Le décor

Il est souvent oublié par les cinéastes les plus amateurs. C’est pourtant un élément très important  qui donne un sens à votre séquence.

  • La lumière

Outre son objectif d’éclairer quelque chose, elle donne une ambiance à votre décor. C’est un parti-pris important.

  • Le mouvement

Un mouvement de caméra ou à l’intérieur du cadre va dynamiser votre séquence. A contrario, le choix de ne pas faire de mouvement (voire aucun mouvement) peut être un parti-pris pour montrer le manque de dynamisme, le côté figé de la situation.

Sixième élément : le son

Un son mal fait, mal mixé ou mal pris peut vraiment sortir le spectateur de la diégèse (ou ne pas le faire rentrer dedans). Le métier de mixeur son ne s’improvise pas, la difficulté est aussi de comprendre les enjeux techniques du son. Il ne doit pas être sous-estimé et peut devenir un jeu artistique (cf. vidéo sur le son https://youtu.be/9TG9uZvLPSA).

Septième élément : le montage

C’est une sorte de second découpage technique. Ici on va vraiment assembler toutes les matières brutes pour en faire une matière finale.

Huitième élément : l’étalonnage

Il aurait pu faire partie des éléments de l’image. C’est le dernier travail d’image qui va donner un look à votre film en terme de luminosité, de couleur et de contraste.

N’oubliez pas que c’est vous qui donnez du sens à votre diégèse. Il faut toutefois garder à l’esprit que, malgré des habitudes d’interprétation bien ancrées dans l’inconscient collectif, rien n’est arrêté. Par exemple, une image très contrastée voudra généralement signifier quelque chose d’assez dur, mais vous pouvez très bien faire une scène d’amour avec ce type de lumière.

Un film n’est pas qu’un aspect artistique, il doit aussi s’envisager d’un point de vue logistique, financier et humain. Bien sûr, il n’est pas indispensable d’être expert en tout : à force de pratiquer et de travailler avec des personnes qui ont un niveau supérieur au sien, on devient meilleur et on gagne en compétences.

Pin It on Pinterest

Shares