La conclusion de votre scénario de court métrage définit la dernière impression que le spectateur gardera de votre œuvre. Il est possible qu’il oublie plusieurs détails du déroulement des intrigues, mais cette partie restera longtemps gravée dans son esprit. Il faut donc l’écrire de sorte à ne pas lui laisser un mauvais arrière-goût. On vous dit plus à ce propos dans cet article.

4 qualités d’une bonne fin pour un scénario de court métrage

Au-delà de la suite logique que vous devez ressortir dans l’écriture de votre scénario de court métrage, voici 4 qualités qu’une bonne fin devrait avoir.

1 – Elle doit vraiment exister

À chaque scénario, il faut obligatoirement une fin. En effet quand un scénario n’est pas vraiment achevé, le spectateur se demande s’il a manqué des séquences ou a l’impression qu’il y a des éléments manquants dans l’histoire de fond. Beaucoup de scénaristes parlent dans ce cas d’une fin ouverte, mais il faudrait faire la nuance entre une fin ouverte et une non-fin.

En effet, l’on dit qu’une fin est « fermée » lorsque l’acteur principal pose un acte important qui résout l’énigme et marque la fin de l’histoire qui est racontée. Après cette action, l’objectif est atteint et il n’y a plus rien à faire. Par exemple, la plupart des films policiers s’arrêtent avec le flic qui arrête le voleur, c’est une fin fermée, car il n’y a plus d’autres perspectives que celle-là.

Par contre, on dit qu’une fin est « ouverte » lorsque le fait que l’acteur principal ait atteint son objectif ou pas ne compte pas vraiment. Le plus important est qu’il ait eu des éléments nouveaux le rapprochant de son but ultime. Par exemple des films relatant une histoire d’amour, les deux acteurs principaux découvrent qu’ils s’aiment et décident de passer le reste de leur vie ensemble. C’est le détail que le scénariste fait ressortir à la fin, le spectateur ne verra pas forcément le type de vie ils ont construit ensemble. Cela pourrait tout de même faire l’objet d’une suite dans un autre scénario.

Retenez principalement que la différence entre une fin ouverte et une non-fin est que le personnage termine un cycle de sa vie et s’apprête à en démarrer une nouvelle.

Si vous avez du mal à trouver une fin satisfaisante pour votre scénario de court métrage, continuez de réfléchir jusqu’à ce que vous là trouviez. Faites-la lire à d’autres professionnels et demandez-leur des propositions.

2 – Elle doit être honnête et cohérente

Tout au long de l’écriture de votre scénario, vous cachez exprès des informations à votre spectateur pour entretenir le suspense. En quelque sorte, vous le faites voyager et vous décidez du moment auquel il découvre un élément ou un autre pour construire dans sa tête le puzzle de votre histoire. C’est d’ailleurs ce qui définit la réussite ou l’échec de votre film.

Mais faites attention à la fin du scénario, rassurez-vous qu’elle est le plus honnête possible. Votre conclusion doit être une suite logique des événements qui se sont déroulés depuis l’entame du film. Dans le cas contraire, il s’en apercevra et vous perdrez tout crédit à ses yeux.

3 – Elle doit être compréhensible pour le spectateur

Dès que vous avez déterminé le fond de la conclusion de votre scénario de court métrage, il faudra définir une forme qui permettra au spectateur de la comprendre tout en maintenant un léger suspense.

Il faut trouver le juste milieu entre une explication trop flagrante et une fin qui risque de ne pas d’être comprise. Le plus dur à ce niveau est de faire comprendre au spectateur les éléments que vous n’avez pas écrit dans les dialogues de vos acteurs, mais qui font partie de la conclusion.

N’oubliez pas que son attention n’est pas forcément rivée à 100 % sur votre film. Il est possible qu’il soit distrait à un moment par son téléphone ou qu’il soit dérangé par un élément ou une personne autour de lui. Il faudrait donc écrire de sorte qu’il puisse se retrouver même quand il perd le fil à un moment.

Cette partie est encore plus difficile, car au fond, vous ne lui expliquez pas grand-chose. En suivant le cours normal des événements que vous avez intégré dans votre scénario, il s’attend déjà à une fin donnée. C’est donc à vous de la faire venir de sorte qu’elle soit compréhensible tout en gardant un côté mystérieux.

Ici également, n’hésitez pas à demander l’avis d’un professionnel ou même de vos acteurs sur le déroulement des événements dans les dernières minutes de votre film.

4 – Elle doit réveiller des émotions

Il faut bien que la personne qui regarde votre film s’en souvienne avec quelques émotions. C’est cela qui fait la célébrité des grands films. C’est à ce niveau que vous pouvez vous servir d’un rebondissement pour créer la surprise.

Tenez par exemple, dès les premières minutes du film, il sait que le bandit se fera attraper par le flic à la fin. Mais si la conclusion est surprenante, il s’en souviendra sûrement toute sa vie. Vous pourriez donc y insérer une action où, contrairement à ce que le spectateur pense, le bandit s’est totalement échappé en passant des contrôles à l’aéroport et en s’envolant pour une île lointaine. Mais le policier, le héros du film, réussit par une manœuvre exceptionnelle à empêcher le décollage de l’avion et à mettre la main sur lui.

La bonne fin est celle qui suscite une ou plusieurs des 4 émotions suivantes : la peur, la colère, la joie et la tristesse.

3 conseils qui vous aideront à écrire la conclusion parfaite pour votre scénario de court métrage

Voici 3 conseils utiles pour écrire une bonne conclusion pour votre scénario de court métrage.

1 – Ne cherchez pas à écrire une conclusion forcément positive

N’hésitez pas à malmener un peu vos spectateurs. Bien qu’il soit très difficile de faire mourir ou échouer le protagoniste d’un scénario, parce que les spectateurs veulent le voir réussir, vous pouvez diriger les actions de sorte que les choses se passent totalement différemment.

Cela ne leur fera pas forcément détester votre film, tout dépend de la manière dont vous mettez en scène chaque détail. Par exemple, vous auriez sûrement aimé voir Jack monter sur la porte en bois à la fin de Titanic, mais cela n’a pas été le cas. Vous pouvez également opter pour une conclusion pareille pour dire à votre spectateur que les choses ne se passent pas toujours comme on le souhaite.

2 – Donnez la clé du rebondissement le plus tard possible

Les scénarios des grands films ont généralement un climax, un point culminant où la tension dramatique est à son plus haut niveau. Ce sont ces séquences que vous devez faire durer dans votre film pour maintenir le spectateur en haleine.

Il faut qu’il se demande quand l’acteur principal va finir par trouver une piste pour dénouer l’intrigue et c’est ce qui le maintiendra au bout de son siège pendant de longues minutes.

Vous pouvez également faire le contraire en lui permettant de décompresser un peu en voyant un environnement où tout va pour le mieux avant que les choses ne (re)basculent subitement.

3 – Développez plusieurs chutes

Ne vous contentez pas d’écrire une fin, écrivez une série de rebondissements dont les uns sont en contradiction avec les autres. En effet, en insérant une chute, vous satisferez votre spectateur. En y mettant plusieurs autres, vous l’amenez sur un nouveau terrain et vous dépasserez ses attentes.

Voilà, c’était 4 qualités qu’une bonne conclusion de scénario de court métrage doit avoir et 3 conseils pour en rédiger une qui cartonne. D’ailleurs, si vous avez d’autres idées, partagez-les avec nous en commentaires dans la zone ci-dessous.